Maud Weber by Stevephoto

 

Capteur de Rêve : Bonjour Maud, peux tu te décrire en quelques mots ?
 

Architecte d’intérieur de formation, je suis plutôt du genre passionnée qui touche à tout, j’ai beaucoup de mal à tenir en place sur un seul sujet. Je dois toujours mener plusieurs projets en même temps, et j’imagine que c’est pour cela que mon parcours professionnel m’a permis de multiplier les étiquettes créatives. Si je devais me définir en un seul mot je dirai « Archigraphe », un mot qui condense tous les métiers créatifs que je pratique : Architecte d’intérieur, graphiste, et photographe.

 

Une lumière dans la nuit @ maud weber

Une lumière dans la nuit @ maud weber

 

CdeR : Quelle est ta spécialité ?
 

Si on parle de touche photographique, sans hésiter : Le flou ! J’aime son côté abstrait, il m’arrive de faire la même photo plusieurs fois juste en jouant sur les zones de flou pour obtenir exactement ce que je souhaite, ce qui n’est pas toujours facile surtout quand on est perfectionniste !
 

Si on parle de domaine photographique : Dans ce cas, ma spécialité serait surement la photo urbaine, c’est là où je me sens le plus libre et ou je pousse mes limites. Même si c’est difficile pour moi d’être rangée dans une seule case, je dois avouer que le « paysage urbain » ne manque pas d’intérêt. Qu’ils soient larges, ou que se soit du détail architectural, j’aime me balader dans les rues les yeux en l’air pour trouver un moment à capturer.
 

Cependant, dans un tout autre registre j’aime l’intimité des photos en studio, je fais beaucoup de portrait pour mon entourage, je pense bientôt développer ce domaine pour des photographies de portrait artistique.

 

le passage @ Maud Weber

le passage @ Maud Weber

 

 

CdeR : Comment es-tu arrivée à la photographie ?
 

En fait j’ai toujours été attirée par la photographie, adolescente j’arpentais les champs avec l’argentique de mon père. J’ai même longtemps hésité à m’orienter professionnellement après le BAC.
 

Finalement, j’ai choisi la voie de l’architecture en me disant que je me formerai seule à la photographie. Pendant mes études, j’ai été contrainte de laisser de côté la photographie par manque de temps, mais après quelques années, la passion a vite repris le dessus !

 

Solitude @ Maud Weber

Solitude @ Maud Weber

 

CdeR : Comment t’es-tu formée ?
 

Je suis complètement autodidacte, je me suis tournée vers les livres spécialisés et aussi via le web, mais pour moi la seule méthode pour apprendre c’est d’essayer.
 

J’ai donc intégré un groupe photo, nous nous lançons des défis et comme chacun à son univers particulier et ses domaines de prédilections, on apprend du travail de chacun ! Et pour les parisiens du groupe, on aime se retrouver pour faire des sorties ensemble.

 

Reflet @ Maud Weber

Reflet @ Maud Weber

 

 

CdeR : Quel est ton matériel photo fétiche ?
 

Je parcours les rues avec un Canon 60D, et oui je suis de l’équipe rouge !
 

Mais pour moi le plus important est surtout le choix de l’objectif en fonction de ce que je veux montrer. J’aime les focales fixes, le 50mm 1.4 est juste magique, il m’arrive cependant de temps à autres d’utiliser le zoom pour les détails d’un peu plus haut.
 

Après, ce qu’il y a de bien en photographie, c’est le potentiel JEU, il nous offre des possibilités infinies dès qu’on a un peu d’imagination, c’est pourquoi j’ajouterai à mon matériel fétiche divers objets et matières en tout genre.

 

CdeR : Peux-tu nous commenter la photo que tu as choisi pour illustrer cette interview ?

 

le passage @ Maud Weber

le passage @ Maud Weber

 

Cette photo fait partie de la série Urban Ghost, elle s’intitule le passage #2, et sera d’ailleurs exposée à Paris en février prochain lors de l’exposition Urbanitas 4 à la Galerie Rastoll.
 

C’est une des photos qui me représente le plus, lorsque j’ai réalisé cette image, j’avais une idée très précise en tête et j’ai dû la recommencer encore et encore pour obtenir le mouvement voulu. Je dois bien l’avouer je suis un peu têtue ! Elle mêle une composition minimaliste et forte pour l’arrière-plan et mouvement de flou sur le premier grâce au passage des gens.
 

Pour moi, cette image représente le temps, la vie qui passe et le temps qui file, ou la seule chose qui reste et qui ne bouge pas, c’est la construction urbaine. Comme si la construction, ou autrement dit la création, survit toujours à son créateur, comme si c’était la seule empreinte qu’il resterait de l’humain, sa seule trace…

 

CdeR : Quels conseils donnerais tu à un jeune ?
 

Comme je dis souvent à mes élèves en arts appliqués, et oui encore une casquette professionnelle! Je dirai que le plus important est de garder la passion intacte. Mais aussi avoir les yeux à l’affût de tout ce qui nous entoure ! L’inspiration est partout, maintenir l’esprit ouvert à la création et savoir repousser sans cesse ses limites.

 

Une lumière en plein jour @ Maud Weber

Une lumière en plein jour @ Maud Weber

 

CdeR : Que recherches-tu à travers cet art et à faire partager ?
 

Partager avant tout, montrer une part de moi. A travers la photographie, je capte un hasard impalpable dans une prise de vue, ainsi qu’une part d’imaginaire dans un présent bien réel.
 

J’aime expérimenter et retranscrire ma vision du monde avec sincérité et sensibilité, en laissant toujours place à l’imprévu. Je cours après mon imaginaire et j’essaie de le retranscrire en image pour le transmettre à celui qui veut bien le recevoir.

 

Jumélité @ Maud Weber

Jumélité @ Maud Weber

 

CdeR : Peux-tu nous relater un de tes meilleurs souvenirs ainsi que le pire ?  
 

En photographie je n’ai aucun mauvais souvenir, à part peut-être quand je suis face à l’objectif et non derrière.
 

Mais derrière l’objectif je me sens capable de tout, je brave la peur du vide sans problème si j’ai repéré un cadrage qui me plait ! Je me roule par terre et j’attends dans le froid pendant des heures le moment que j’espère, sachant que je suis une grande frileuse.
 

Et j’adore voir la réaction des gens dans la rue, j’ai l’impression souvent d’être une extraterrestre pour eux c’est assez drôle !

 

Le mouvement @ Maud Weber

Le mouvement @ Maud Weber

 

CdeR : Quelles sont les œuvres majeures de ton parcours ?
 

Je dirai que la plus importante est celle qui arrive prochainement, ma première exposition collective en Galerie d’Art. C’est un grand pas pour moi et, j’avoue que depuis que j’ai rencontré le galeriste et photographe François Rastoll en septembre dernier, mon travail a fait un grand bond en avant.
 

J’ai également eu une photo exposée au salon de la photo en 2013 suite à un concours que j’avais remporté sur la toile dont la thématique était « le regard ».
 

Sinon, j’espère que ma série Abstraction II sera une série qui comptera, elle n’est visible que depuis peu de temps sur mon site, et j’ai eu déjà quelques retours très intéressants. Affaire à suivre comme on dit !

 

Abstract @ Maud Weber

Abstract @ Maud Weber

 

CdeR : Quels sont les photographes qui t’inspires ?
 

Je suis complètement charmée par les univers en Noir & Blanc de Brassaï, Man Ray, et Doisneau.
 

J’aime particulièrement l’univers graphique de Gilbert Garcin , la poésie du travail de François Rastoll , les cadrages d’Eric Forey ou encore l’univers d’Erich Reichel. Il y en a beaucoup d’autres, j’aime l’image et je suis très souvent touchée par une œuvre photographique, même parfois celle d’inconnu.
 

Comme mon profil le laisse deviner, mon inspiration vient aussi des grands noms de l’architecture tel que Le Corbusier, Antonio Gaudi, Frank Gehry, ou encore Zaha hadid.
 

Je cherche l’inspiration dans les autres domaines de l’art appliqué comme les graphistes ou l’art en général comme la peinture, je pense en particulier à Elicia Edijanto qui réalise des toiles noir et blanc qui me parle beaucoup.

 

CdeR : Quelle est ta plus grande source d’inspiration ?
 

La vie avec son lot de hasard et d’imprévu !
La lumière pour les transformations qu’elle apporte sur les choses qui nous entourent et pour son côté joueur !

 

Le passage - Série : Urban Ghost @ MWPhoto//Maud Weber

Le passage Série : Urban Ghost @ MWPhoto//Maud Weber

 

CdeR : Quels sont les logiciels et plug-ins que tu utilises pour retoucher et gérer tes photos ?

 

Je retouche très peu mes photos, ou alors le strict minimum. J’utilise Photoshop pour améliorer les contrastes et la netteté, et Lightroom pour intégrer la signature et faire les différents formats selon les supports voulu.

 

CdeR : Quels sont tes projets photographique 2016 ?

 

Le premier projet pour 2016 est très concret et il arrive à grand pas, il s’agit de ma première participation à une exposition collective en Galerie d’Art, elle aura lieu en février prochain à la Galerie Rastoll dans le 3eme arrondissement.
 

Concernant les projets photographiques, ce ne sont pas les idées qui manquent, j’espère trouver le temps de tout faire d’ailleurs. Je voudrais approfondir ma série Abstraction, peut être un Abstraction III.
 

J‘aimerai également poursuivre un travail de portrait que j’ai commencé il y a quelques temps, et j’ai une série en tête qui s’intitulera Echo, mais je n’en dévoilerai pas plus pour le moment.

 

CdeR : La question de fin d’interview, si tu pouvais te réincarner tu choisirais quoi ?
 

Sans hésiter : Le vent, pour avoir une liberté totale, pour ne plus rien contrôler, pour aller au grès du hasard, la où le vent me porte et découvrir tous les paysages magnifiques que la Terre nous offre.

 

CdeR : Merci beaucoup Maud pour le temps consacré à nous faire te découvrir …..

 

Ses Liens :

 

Site web

Page FB

Instagram

Galerie Rastoll

 

A NE PAS RATER !!!

 

Exposition à venir :
Urbanitas 4 – Galerie Rastoll, 16 rue sainte Anastase, du 2 au 27 février.

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrfacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblr
facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrfacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblr